MODEL CAR SHOW 2001
Manche du Championnat Suisse à Palexpo (Genève)
28, 29 et 30 septembre 2001

Edité le 01/10/2001
Réactualisé le 06/10/2001.

Le 19 et 20 août 2000 s'est déroulé au Palexpo de Genève (où se tient habituellement le Salon de l'Auto) une manche du championnat Suisse, organisé par le club ERMC (Electrique Radio Modèle Club). En même temps se tenait dans le même hall le salon de la voiture d'occasion et d'autres animations (concours destinés au public), ce qui a assuré un public très nombreux (9000 personnes) . Le championnat suisse est open, tout le monde peut y participer, sans besoin de licence, qui ne sert qu'à officialiser le classement sur toutes les manches. Ceci permet la participation de pilotes étrangers (italiens, allemands,danois, belges et quelques français), et non des moindres (Benoît Thomaes, Oscar Jansen, Laurent Mille, récent champion de France Promotion...), regroupe trois catégories:

  • La catégorie Supertourisme Experts (Touring de 190mm maxi., carrosserie quatre portes). Elle autorise les bobinages supérieures à 12 tours et les pneus sont limités en nombre (deux trains marqués par pilote pour l'ensemble des qualifications et des finales) et imposés parmi un choix. Le règlement sur les carrosseries est un peu plus contraignant qu'en France, notamment au niveau de l'aileron et de la hauteur des carrosseries (120mm de hauteur minimum, comme en EFRA).
  • La catégorie Supertourisme Amateurs (Touring de 200mm maxi., carrosserie quatre portes). Le moteur est imposé (Team Orion 17*2 rebuiltable), et les pneus sont limités en nombre (deux trains marqués par pilote pour l'ensemble des qualifications et des finales) et imposés (Tamiya type A).
  • La catégorie Formule 1 (pneus et moteurs libres), qui n'est pas encore morte en Suisse.

Les pilotes disposaient d'essais libres le vendredi et le samedi, gérés par un astucieux système. Ils devaient s'inscrire sur un timing avec un seul et unique magnet (où était inscrit leur nom et leur fréquence) pour une séance de huit minutes (10 pilotes par séances), autant de fois que souhaitées au long de la journée. Le dimanche, ils disposaient de trois manches de qualification et de deux finales (sauf en A, trois finales), au temps de la meilleure finale.

La piste, très bien éclairée, était entourée de gradins pour le public. La piste, d'une surface annoncée de 540m², était faite d'une moquette de piètre qualité, qui peluchait énormément, obligeant les pilotes à démonter la mécanique après chaque manche. De plus, le podium des pilotes était placé trop près de la piste, génant la vision et obligeant parfois les pilotes à se pencher de trop. Dommage, eu égard à la place disponible. Le tracé, étroit, se voulait technique avec de nombreux changements d'appuis. L'accroche de la moquette variera énormément au cours des heures, de presque glissante le vendredi à sensiblement accrocheuse (uniquement sur la trajectoire) le dimanche. L'astucieux balisage se montra fiable durant tout le week-end.

Si les essais et les qualifications se sont déroulés sans problème, de très nombreux pilotes (jusqu'à 5 par manche) ont loupés une ou plusieurs manches de finales suite à des aménagements de timing... Très mal vu également par certains participants, les stands des pilotes officiels Team Orion séparés du reste des pilotes...

Côté châssis, on trouvait principalement des Team Losi XXXS (très à leur avantage sur ce circuit), des Team Associated TC3 (quasiment que des Factory Team) et des HPI RS4 Pro 3 (très fortement optionnées) et des Pro 2 (qu'ont repris certains pilotes officiels, comme le vainqueur en classe Expert). On trouvait également quelques Kyosho TF-4 (pas encore de KX-One), Schumacher Axis 2, X-Ray T1, Corally C4.1 et deux X-Press. A noter que la plupart des chassis présents présentaient une préparation très soignée. Il faut avouer que le niveau du plateau était particulièrement relevé!

De nombreux pilotes suisses allemands utilisent sur leurs TC3 des ressorts d'origine Yokomo (verts le samedi et le dimanche matin, oranges pour les finales), car moins linéaires que ceux d'origine Associated, ce qui permettrait de combattre le tangage du chassis dans les forts changements d'appui. Les ressorts verts Yokomo ont une raideur qui équivaut environ aux argents ou aux bleus Associated et les ressorts oranges Yokomo une raideur qui équivaut environ aux rouges Associated.

Sur les X-Ray T1, certains pilotes optent pour des amortisseurs d'origine niponne (Tamiya ou HPI), certainement pour avoir un "pack" comparable aux autres châssis du marché. Un pilote s'était également confectionné une platine supérieure articulée, option bientôt disponible chez le constructeur tchèque.

Les pilotes de HPI RS4 Pro 3 optionnent énormément leur chassis pour lui conférer de la rigidité. On trouve ainsi des platines supérieures (au moins six ou sept modèles différents, d'origine HPI, Hot Bodies, K-Factory, etc...), des renforts réalisés à l'aide de biellettes, mais surtout des châssis en carbone d'origine Pinguin (très coûteux).
Un pilote s'était confectionné un châssis personnel en carbone en 4+2 pour sa HPI RS4 Pro 2 avec une platine supérieure articulée.

Pour les Team Losi XXXS, pas encore de chassis graphite disponible (un gain de de 50 à 80g est annoncé), mais certaines pièces optionnelles sont disponibles, telles que les bras en graphite, les fusées arrières de 1°. Sur la XXXS de Benoît Thomaes, on pouvait voir de la visserie en aluminium anodisé bleu, des bras en graphite, des amortisseurs à corps filetés (issus de la Street Weapon)...

Côté pneumatique, les Tamiya A de la catégorie Supertourisme Amateurs et les Take-Off A choisis en catégorie Supertourisme Experts étaient souvent moussés avec des inserts JB Foam (jaune le samedi, bleu le dimanche), mais des inserts type Yokomo medium, HPI jaune mou ou GM jaune mou donnaient également d'excellents résultats. Concernant le traitement, il fallait ruser pour éviter d'engluer l'auto. Certains optèrent pour un nettoyage avec du "cleaner" avant de retraiter, d'autres choisirent de ne pas traiter systématiquement et de chauffer les pneus.

Quelques pilotes disposaient des tous derniers Sanyo 3000HV, mais qui ne disposent pas encore de la gaine spécifique (méfiance, donc). Vu également dans les stands, un pack de Panasonic 2 NiMH avec des étiquettes de trie Team Orion. Intox?

Une démonstration de HPI Micro RS4 au 1/18° a eu lieu le samedi soir. Une forte différence de vitesse était notable entre les différents concurrents, car la voiture d'origine est prévue pour quatre éléments (4.8V) et certains chassis étaient équipés de packs 7.2V. La vitesse augmentent, les risques de partir en tonneaux en virage aussi, car le centre de gravité de ces voitures est assez haut.

Quelques photos:

Pour plus d'informations:

Toutes les photos sont de Seb SRC-1.