Montage, essai et préparation
de la Awesomatix A12, deuxième partie.

Edité le 14/02/2021.
Réactualisé le 15/02/2021.
Texte et photos: Georges.

Retour à la première partie.

Montage d'un différentiel.

Il a été parfois dit que n'importe quel différentiel à billes de la concurrence pouvait se monter sur la Awesomatix A12. Cette affirmation est complètement fausse. En effet, l'axe du différentiel est souvent compatible car il est sauf rare exception au diamètre standard de 1/4", soit 6.35mm. Mais cela ne suffit pas, car beaucoup de différentiels, une fois montés, donnent une voie beaucoup trop large, très largement supérieure aux 172mm maximum imposés en compétition. Même pour ceux qui pratiquent en loisir et qui ne se préoccupent pas des règlements, cette voie trop large posera problème car les roues arrières dépasseront de la carrosserie.

Les différentiels d'origine américaines (IRS, Team Associated, CRC, etc.) donnent une voie beaucoup trop large après essais. Un ami qui a essayé de monter un différentiel d'origine Team XRay m'a aussi informé qu'il ne convenait pas non plus. Le differentiel Schumacher pour les Eclipe 3 et 4 (Schumacher Eclipse Assembled Differential, référence U4976) avec son moyeu gauche (LH Wheel Clamp,référence U4974) serait peut-être aussi une piste à explorer, mais c'est à vérifier car j'avais des doutes quand à ses dimensions.

Problème, comment choisir un différentiel aux bonnes dimensions puisqu'aucun fabricant ne daigne fournir ces informations à ses clients?

Après avoir fait des calculs de proportions un peu douteux sur des images disponibles sur internet, j'ai opté pour un set de différentiel d'origine Roche, de référence ROC-430048, dont les pièces en aluminium sont anodisées de couleur noire. Il existe une version de ce set dont les pièces en aluminium sont anodisées de couleur rouge.

Ce set contient:

  • un axe arrière en carbone au diamètre standard de 1/4";
  • un moyeu droit en aluminium;
  • deux rondelles Belleville;
  • une paire de rondelles de différentiel avec blocage en rotation
  • un écrou;
  • un cône de butée;
  • seize billes de 1/8" de diamètre;
  • trois roulements à billes de 3/8 x 1/4", dont deux épaulés.

Le set contient également une couronne de 90 dents et 64DP, mais qu'on ne pourra pas employer sur la Awesomatix A12.

Mais il ne contient pas de moyeu gauche, pas de rondelles de calage de 1/4" et pas de vis de fixation des roues.

Le moyeu droit semble bien usiné et le centrage et l'immobilisation de la jante sont plutôt corrects. On regrettera toutefois les perçages d'allègement au niveau de la portée qui accueille la rondelle de différentiel. C'est très esthétique, mais comme il est de bon ton de mettre de la graisse entre cette portée et la rondelle, ces trous, hormis pour que s'y logent des impuretés, ne servent à rien. De plus, le gain en poids doit être bien faible et aurait pu être réalisé autrement.

Curieusement, Roche a choisi pour fixer la jante d'opter pour des vis de M2.5, qui ne sont pas livrées dans le kit en plus. Historiquement, on utilisait des vis au standard impérial de 4-40, soit environ 2.84mm. Alors que toujours historiquement, ce sont les vis M3 qui ont pris le relai chez une bonne majorité des constructeurs (Awesomatix, Team XRay, Yokomo, Schumacher jusqu'à l'Eclipse 3, etc.) et que les jantes sont maintenant adaptés aux vis M3, ce choix de Roche d'opter pour du M2,5 parait pour le moins incongru...

Le flasque pour le support de la rondelle de différentiel porté l'axe en carbone est également percé de trous d'allègement. Le support est immobilisé sur l'axe par une goupille traversante de 2mm. Rappel, l'axe en carbone fait 6.35mm de diamètre...

L'embout fileté semble collé dans un logement pratiqué longitudinalement dans l'axe en carbone.

Bref, un axe de différentiel comme on en faisait grosso-modo il y a 30 ans.

Pour le moyeu gauche, la logique aurait été de prendre un noir d'origine Roche, de référence 410028K (Rapide Aluminum Wheel Hub, Left, Black), qui n'est pas inclus dans le kit. Malheureusement, à la date de la commande, il n'était disponible absolument nul part. Il existe bien une version spéciale pour axe rigide, de référence 410043 (Rapide P12 Lightweight Aluminum Wheel Hub, Spool Version), mais sur photos, son dessin semblait vraiment bizarre.

Il existe bien chez Roche des références de moyeux gauches disponibles commercialement, 410003 (Rapide Aluminum Wheel Hub) et 410028 (Rapide Aluminum Wheel Hub), mais ils sont anodisés de couleur rouge.

Le choix s'est donc porté sur un moyeu gaucheTeam XRay de référence XR-375040 (XRAY X12 Aluminum Rear Wheel Hub Left), mieux dessiné, guidant plus proprement la jante que les Roche et utilisant des vis M3 pour la fixation de la roue. Du coup, la fixation n'utilisera pas les mêmes vis à gauche et à droite, ce qui n'est pas très heureux.

Chez Roche, il n'y a pas de butée à billes, mais un pièce en cône qui appuie sur la bague intérieure du roulement à billes droit. C'était acceptable, et encore, il y a 20 ans, mais en 2021, c'est devenu inadmissible avec les puissances moteurs actuelles.

Monter une butée à billes monobloc n'est pas obligatoire, mais très chaudement conseillé pour avoir un différentiel qui fonctionne bien et longtemps. La butée monobloc fonctionne bien mieux que les butées à billes en trois parties.

On trouve ce type de butée monobloc chez Yokomo sous la référence YOK-R12-24TB, chez SMS (Select Model Shop), chez Fenix sous la référence FX0043A et chez Square sous la référence SDD-125 par exemple.

Si le différentiel ne tourne pas "rond" à ce stade, c'est souvent la faute de la pièce en cône qui n'est pas bien dans l'axe. Il faut desserrer l'écrou et le resserrer délicatement en ligne.

Le mieux est encore de remplacer la pièce en cône par une pièce cylindrique appuyant bien à plat sur la bague interne de la butée à billes, mais je n'en avais pas à disposition à portée de main lors de la réalisation des photos.

Une fois réglée la symétrie droite/gauche, le montage du différentiel à billes Roche sur la Awesomatix donne une voie arrière à la limite du règlement, qui dépend énormément des jantes employées.

Ainsi , avec des jantes JFT, on obtient une voie d'environ 171.8mm; avec des jantes Mobgums, environ 171.2mm; avec des Jaco, 171.8mm; et avec des CRC  (ancienne génération), 175mm environ.

De plus, au sein d'une même marque, les jantes n'ont pas forcément la même largeur, car elle peut être affecter par l'étape de finition lors du ou des passages au tour à pneus.

Pour gagner un peu en largeur, il peut être envisageable d'enlever les joints toriques OR15 des roulements B168ZZ. Les roulements sont néanmoins plus exposés aux chocs et la largeur de voie gagnée est dérisoire, environ 0.5mm au total.

En compétition, en cas d'utilisation d'un tel montage, il faudra donc prendre garde à ne pas dépasser les 172mm de voie maximum.

Au pire, il serait envisageable de poncer un peu le flanc extérieur de la jante lors du passage de la roue au tour à pneus pour gagner quelques dixièmes sur la voie.

Il existe depuis 2015 au catalogue Roche un moyeu droit permettant de réduite de 4mm la voie (donc le moyeu est plus court de 2mm en toute logique) sous la 410010, mais anodisé de couleur rouge et de toute façon indisponible.

Cette pièce a son équivalent chez Radtec, anodisée de couleur noir de référence RAD-PC-10002 (Aluminum Narrow - width -4mm - Differential Hub Set for 1/12 Pan Car, Black), introuvable et anodisée de couleur bleue RAD-PC-10001 (Aluminum Narrow - width -4mm - Differential Hub Set for 1/12 Pan Car, Blue), qu'on peut trouver encore semble-t-il.

Le pignon moteur est maintenant nettement plus déporté vers l'extérieur à cause de la largeur de l'épaulement de la flasque de l'axe de différentiel.

Il ne faut pas oublier de mettre une rondelle fine entre le roulement B168ZZ droit et la flasque de l'axe de différentiel. Il faut également prendre garde à ce que le diamètre extérieur de l'épaulement de la flasque de l'axe ne frotte pas à l'intérieur du logement de la traverse AT1203.

Hormis les problèmes que la voie arrière aux limites du règlement pourrait poser en compétition, le montage d'un différentiel sur la Awesomatix A12 a métamorphosé son comportement sur ma piste habituelle d'entraînement. La voiture gagne sur de nombreux plans, plus de précision, plus prévisible, plus directive et simultanément plus facile, et surtout encore plus agréable à piloter. Seul la motricité est en retrait par rapport à la même auto avec un axe rigide à l'arrière, ce qui est logique. Néanmoins, les temps au tour moyens ont baissés, et l'auto devient plus facilement maitrisable lorsqu'elle sort de la trajectoire, permettant d'y revenir plus revenir rapidement, ce qui sera intéressant en course.

Certes, cette validation du montage d'un différentiel sur la Awesomatix A12 n'a été faite que sur une seule piste, sur trop peu de tours de piste à mon goût, et jamais en course. Mais elle me conforte dans l'idée que certains ont peut-être condamné un peu trop vite ce bon vieux différentiel à billes au profit de l'axe rigide.

Suite au prochain épisode!

Retour à la première partie.


En savoir plus:

Texte et photos: Georges.