Vintage: Yokomo YR-F2 Special (1996).

Edité le 30/01/2015.
Réactualisé le 30/01/2015.
Texte et photos: Georges.

La société japonaise Yokomo a sorti en 1996 une auto qui allait marquer les esprits de toute une génération de modélistes, la Yokomo YR-F2 Special. Outre le fait qu'il s'agissait d'une traction, alors que d'un point de vue historique la catégorie Touring 1/10° électrique n'en était qu'à ses balbutiements, elle faisait preuve d'une audace technique rare pour un produit destiné au grand public. En effet, les modèles à traction avant étaient plutôt rares et destinés au loisir. Yokomo lâcha dans la nature une traction avant très typée compétition, avec des solutions techniques osées mais pertinentes pour la catégorie.

La version présentée ci-dessous en photos est la version haut-de-gamme, dite "Special". Une version simplifiée, avec un châssis en composite fibres de verre-époxy et sans amortisseurs hydrauliques, a également été commercialisée. Beaucoup de légendes circulent au sujet de cette auto. Tout d'abord, il se dit que cette auto est très rare et s'est peu vendue. Il est vrai que le produit était plutôt destiné à un marché de niche. C'est en effet une auto conçue comme une auto de compétition, mais avec très peu de compétitions officielles organisées. Cependant, elle semble avoir eu quelques adeptes en Europe, car j'en ai moi-même vu plusieurs exemplaires rouler, et je crois savoir que l'importateur allemand Keil (connu également pour ces packs d'accus NiCd sélectionnés démoniaques) de l'époque organisait un challenge spécifique pour la version de base de cette auto. Toujours est-il que sur le marché de l'occasion, elles se font assez rares, sont souvent en mauvais état et à des prix assez élevés. Ensuite, beaucoup de spéculations ont été faites sur ses performances. Et il est vrai que cette auto marchait extrêmement fort, même mieux que certaines autos à quatre roues motrices de l'époque. Certaines courses à l'époque toléraient à l'époque les pneus à picots sur moquette, et avec son poids plume et sa moindre consommation d'électrons, la Yokomo YRF-2 était une véritable arme de guerre. Avec des pneus slicks toutefois, les lois de la physique étant immuables, elle restait néanmoins à la peine niveau motricité comme toutes les tractions, même si extrêmement performante.

La Yokomo YR-F2 possédait bons nombres de spécificités très intéressantes.

Paradoxalement pour une traction, commençons pour le train arrière. Il repose sur une suspension à bras tirés. Ces bras, en carbone, sont très longs, et leurs amortisseurs respectifs sont montés parallèlement au châssis grâce à une colonnette de renvoi. Très intéressant aussi est le système de carrossage actif. En effet, la biellette de carrossage d'un côté est ancrée sur le bras du côté opposé. Bien vu pour un châssis traction!

Le pack de propulsion est disposé en long, en plein dans l'axe du châssis, châssis naturellement en fibres de carbone tout comme la platine supérieure à la découpe très évasée.

Le moteur est monté est position avant, en porte-à-faux, mais sans exagération. La transmission est des plus directe, une courroie assez large mais courte reliant la poulie monté sur l'axe de la couronne au différentiel, à billes bien sûr. Le différentiel, les cardans articulés tout comme les ensembles triangles, étriers et porte-fusées de direction ainsi que la direction sont puisés dans la banque d'organes que constitue la famille des YR-4. Cependant, pièces communes ne signifient pas cinématiques de suspension commune. En effet, les triangles avants sont reliés par des biellettes à une plaque en carbone articulée qui fait à la fois office de barre antiroulis (pas totale, mais costaude) et de renvois vers les amortisseurs. Emoustillant, n'est-il pas?

Les amortisseurs hydrauliques sont de petits diamètres, une mode qui a sévi durant une brève période au Japon, vite abandonnée. Mais ils participent par leur finesse et leur anodisation rouge au look incomparable de cet engin.

Pour l'anecdote, le feu et regretté magazine Auto8 avait présenté dans un numéro d'avril avec un photomontage montrant une hypothétique futur Yokomo YR-F2 en version quatres roues motrices. Dommage que ce n'eut été qu'un poisson d'avril!

PS: milles mercis à Patrice pour la mise à disposition de l'auto pour une séance photos!

En savoir plus:

Texte et photos: Georges.