Première manche du SITCC 2013-2014,
Grand-Saconnex, Genève (Suisse), 23/11/2013.

Edité le 28/11/2013.
Réactualisé le 01/12/2013.
Texte et photos: Georges.
Cliquer sur les photos pour les agrandir.

Introduction.

Le SITCC est de retour! Et ça fait sacrément plaisir de retrouver la moquette grise du Grand-Saconnex!

Car le SITCC, ce ne sont pas seulement des courses de folie sur d'excellents tracés chaque fois renouvellés, les fameuses lasagnes et une généreuse tombola, mais c'est surtout une ambiance conviviale et unique à ce championnat. En effet, on ne trouve qu'une seule et même catégorie, certes partagée en trois divisions sur le papier, opérant avec le même matériel côté moteur, pneus et traitement, ce qui favorise les échanges d'information entre pilotes. Le plateau, composé de 74 pilotes ce samedi, est très varié qui plus est. On trouve ainsi des pilotes fort expérimentés, habitués des championnats de Suisse ou de France, voir même d'Europe ou plus, comme des débutants qui font ici leur première course, et cela se passe sans souci aucun, de très jeunes pilotes (regroupés dans une division dédié) ou d'autres d'âge plus respectable ^^

Règlement du SITCC.

Lors de l'inscription, les pilotes s'autoévaluent et choisissent leur division (Division 1: niveau expert / Division 2: niveau moyen / Division 3: niveau débutant) qui permettront aux organisateurs de constituer des groupes homogènes. Toutefois, à l'issu des qualifications, ce sont ces dernières qui font foi.

Côté matériels, les règles sont les suivantes (le règlement officiel est disponible sur cette page: http://www.ermcgs.com/?page_id=40)

  • Moteur Brushless Team Orion 13.5T (Réf. ORI28251), mais les moteurs des saisons précédentes (Sensorles 17T, brushed 23T Katana, etc.) sont également autorisés.
  • Pneus Ride REX30 (RID260029) montés sur jantes, mais les pneus de la saison 2012-13 (Ride 32 26011) sont encore autorisés.
  • Accus LiPo 2S, à choisir obligatoirement dans la gamme Team Orion, HPI Racing Plazma et NVision. A noter qu'il est possible de les louer pour la course.
  • Et surtout, aspect très intéressant, le traitement pour pneus est unique pour tous et se fait uniquement à la table de traitement officiel. Aucun traitement ou nettoyage n'est autorisé dans les stands. Le traitement et le nettoyant, fourni par l'organisation, sont respectivement le CS High Grip et le Würth, un excellent choix au passage.

Une Division Junior a également été créé pour les pilotes de moins de douze ans. L'inscription est gratuite. Sont juste imposés les accus, le moteur pouvant être brushless 13.5T ou sensorless, ou à charbons. Le ramassage doit toutefois être effectué par les parents ou les accompagnateurs.

Les prochaines manches du SITCC auront lieu le samedi 14 décembre 2013, le samedi 25 janvier 2014 et le samedi 22 mars 2014.

Ambiance.

On l'a déjà écrit plus haut, les tombolas des courses de l'ERMC sont gargantuesques. Par exemple, cette fois-ci, il était possible de gagner, et j'en oublie certainement, des pneus, des moteurs, des packs, des hélicoptères ou des quadcoptères R/C, une Maverick Strada RTR, un HPI Savage XS RTR et... une Kyosho TF6 SP!

Du coup, certains n'hésitent pas à investir dans quelques tickets de tombola supplémentaires ^^

La piste.

La piste était, à mon humble avis, un régal. Technique certes, mais toujours fluide pour ne pas décourager les débutants. Du pur bonheur!
Avec les nouveaux pneus imposés, la sensation de grip est monté d'un cran.

Technique châssis.

La WRC Racing STX 2014 de Raffaele Tolotta.

Les nouveautés côté châssis Touring sont fort nombreuses en ce début de saison indoor. Par exemple, lors d'un précédent reportage au SIC qui se déroulait à Bulle la semaine précédente, j'ai pu déjà photographier la dernière X-Ray T4 2014, qui a également déjà séduite bon nombre du plateau du SITCC, ainsi que la Capricorn LAB-TE02 (aucune présente au SITCC). Mais ce ne sont pas les seules nouveautés du moment.

Ainsi, Raffaele Tolotta, ainsi que trois autres pilotes du plateau, disposait en avance sur sa commercialisation de la WRC Racing STX version 2014 (déjà dévoilée sur le web, mais seulement avec des vues CAO/DAO). Par rapport à la version précédente (visible par exemple dans ce reportage en lien), les évolutions sont assez nombreuses. Celle qui aura le plus d'incidence sur le comportement de cette auto de fabrication italienne, à mon avis, sera l'apparition d'une potence reliant les deux platines supérieures latérales au châssis devant le moteur. Les amortisseurs sont quat à eux complètement nouveaux, et le support moteur, les ancrages de triangles et la direction ont été modifiés, tout comme les cardans à double articulation qui ont été fiabilisés.

La Schumacher Mi5 d'Alexandre Amort.

Plus tout-à-fait une nouveauté, mais la Schumacher Mi5 passe néanmoins pour la première fois devant mon objectif. Mélangeant solutions novatrices, inspirations diverses (Awesomatix et WRC Racing bien sûr, mais aussi Kyosho, oui Kyosho - voir le prototype de Josh Cyrul au Championnat du Monde Piste 1/10ème électrique à Collegno en 2006 pour les fusées de direction sans étrier au sens commun du terme sur ce même site), cette auto offre un look pour le moins original.

Alexandre Amort teste depuis quelques temps la dernière production de la firme de Northampton. Outre un montage fort soigné, on remarquera de suite l'adoption d'amortisseurs Spec-R, car ceux d'origine fuyaient de boîte. Ce pilote m'a avoué cependant de pas être totalement convaincu par le comportement de son châssis.
Une seconde Mi5 était également présente dans les stands.

L'Awesomatix A700 de Vincent Cavard.

Ce pilote, qui officie normalement en Championnat de France, reste fidèle à son Awesomatix A700, premier modèle du nom et la seule et unique du plateau SITCC, qui le lui rendra bien puisqu'il accèdera à une finale A très convoitée.

La Team Magic E4 RSII Evo de Walter Pollet-Villard.

En photos ci-dessous, la Team Magic E4 RSII Evo de Walter Pollet-Villard, qui remporte cette première manche du SITCC.

La Spec-R R1 de Christophe Schmidt.

En photos ci-dessous, la Spec-R R1 de Christophe Schmidt, un fidèle des courses genevoises. Les disques noires (très facile à faire avec un compas de découpe dans du vynil autocollant) sur les jantes blanches donnent un look original et rendent très joliment sur la voiture en dynamique.

La Kyosho TF-6 SP de Jean-Marc Betticher.

Jean-Marc Betticher, un des organisateur, roule depuis la fin 2011 avec une Kyosho TF-6, et cette fois-ci avec la dernière version en date, à savoir la SP. Il finira second de la finale A

Technique.

Lors de la pause de midi, François Bossetti, bien connu sur les courses de moto R/C, a fait une démonstration avec une Kyosho MINI-Z Moto Racer au 1/18°. Celle-ci fonctionne avec un accu LiPo 3.7V 120mA, est animé par une radio 2.4GHz. Très stable grâce à un gyro intégré, elle offre une bonne vitesse de pointe eu égard à l'échelle. Sa conduite, comme la conduite des motos R/C, se montre toutefois assez déstabilisante pour qui vient de la voiture R/C.

Technique Puissance.

Raffaele Tolotta de AR Distribution, distributeur suisse de WRC Racing ou Spec-R, m'a présenté en avant-première le nouveau vario AR Racing Technology. Le Software se règle, mais aussi s'update par l'intermédiaire d'un petit module Bluetooth (visible sur la quatrième photo) depuis un téléphone tournant sur iOs ou Android (Windows Phone devrait suivre plus tard). Les deux dernières photos ci-dessous montre l'aspect du soft de réglage.

Technique Pneumatique.

Cette année, le SITCC a adopté les pneus Ride Rex30 (RID260029) comme à l'ETS ou au SIC. Ces pneux remplacent les Ride Re32 (RID260011). Les REX30 offrent une dureté Shore un peu plus faible, des flancs moins hauts et un diamètre plus faible, environ 61.5mm au niveau des flancs et environ 63mm au centre de la bande centrale de roulement, contre, pour le Re32, respectivement 62.5mm et 64.5mm). Attention donc au réglage de la garde au sol lors du changement de pneus!

Certains chauffaient leurs pneus, d'autres pas. Chacun avait également son idée pour le temps de traitement.

D'emblée, malgré la piste froide du matin, les Rex30 offraient déjà un excellent grip. Le grip montant au cours de la journée, un certains nombre de pilotes ont commencé à cyanoliter les flancs des pneus (et uniquement, en aucun cas sur la bande de roulement du pneu!), ceci pour éviter les casquettes. En effet, lorsque le pneu rippe et que le flanc du pneu s'affaisse, la surface cyanolitée peut "glisser" sur la moquette. Si l'habitude veut qu'on utilise cette astuce généralement sur les pneus avants, plusieurs pilotes l'avaient fait ici sur les arrières.

Technique autres.

Les compétitions, telles le SITCC, sont, outre un bon moyen de se faire plaisir, mais également de progresser et d'accumuler des connaissances techniques rapidement.
Par exemple, beaucoup de débutants négligent un réglage extrêmement important, le droop. Il permet de gérer le transfert des masses et donc le comportement de l'auto. Il se règle par l'intermédiaire de vis dans les triangles et conditionne le débattement maximum. Il ne doit jamais, au grand jamais, servir à régler la garde au sol! Le réglage de droop donné par la notice est souvent un très bon point de départ pour avoir une auto saine. Mal réglé, l'auto peut par exemple décrocher violemment du train arrière ou au contraire rendre le train avant très paresseux. Réglé de manière asymétrique droite-gauche, l'auto partira d'un côté à l'accélération et au freinage. Le droop est donc un réglage essentiel de l'auto. Les débutants se perdent souvent à essayer de changer la géométrie, les ressorts, les ancrages de la suspension, etc., alors que dans une majorité des cas, le problème qu'il cherchent à solutionner vient d'un réglage de droop inapproprié.

Résultats:

Les résultats complets se trouvent à l'adresse suivante: http://www.ermcgs.com/?p=3144.

Résultats en division "Juniors".

Finale

Place
en
finale

Place
en
qualification

Pilote

Calcul des points

Châssis

A

1

3

Laetizia Carusi

2 [ 1 1]

Hot-Bodies Cyclone

A

2

1

Antoine Brule

4 [ 2 2]

Maverick Strada

A

3

2

Thibault Glauser

6 [ 2 4]

/

A

4

4

Clara Carusi

7 [ 4 3]

Hot-Bodies Cyclone

A

5

5

Samuel Verdan

10 [ 5 5]

/

A

6

6

Kalen Dassayanake

12 [ 6 6]

Tamiya TT01

Résultats en division 1, 2 et 3.

Finale H
Finale G
Finale F
Finale E
Finale D
Finale C
Finale B
Finale A

Finale

Place
en
finale

Place
en
qualification

Pilote

Calcul des points

Châssis

A

1

3

Walter Pollet-Villard

3 [ 2 1]

Team Magic E4 RSII Evo

A

2

4

Jean-Marc Betticher

6 [ 4 2]

Kyosho TF-6 SP

A

3

2

Cham Dassayanake

6 [ 3 3]

Team XRay T4'2014

A

4

1

Arnaud Soulignac

9 [ 1 8]

WRC Racing STX Version 2014

A

5

6

Antonio Alj

12 [ 8 4]

WRC Racing STX Version 2014

A

6

5

Arthur Brule

12 [ 7 5]

Yokomo BD7

A

7

8

Vincent Cavard

12 [ 5 7]

Awesomatix A700

A

8

7

Paul Franceschi

12 [ 6 6]

Team XRay T4'2014

B

1

1

Juan Cachafeiro

5 [ 4 1]

Yokomo BD7

B

2

2

Patrice Carpano

5 [ 1 4]

Team Magic E4 RSII Evo

B

3

5

Francois Bossetti

5 [ 3 2]

Team XRay T3

B

4

7

Vincent Guigli

8 [ 5 3]

Team XRay T3

B

5

6

Alexandre Amort

10 [ 2 8]

Schumacher Mi5

B

6

3

Cédric Leger

13 [ 8 5]

/

B

7

4

Luc Lavergnat

13 [ 6 7]

3Racing

B

8

8

Nicolas Crausaz

13 [ 7 6]

Kyosho TF-6

C

1

5

Emilie Cruz

3 [ 2 1]

Team Magic E4 RSII Evo

C

2

3

Raffaele Tolotta

3 [ 1 2]

WRC Racing STX Version 2014

C

3

4

Nicolas Huguenin

7 [ 4 3]

WRC Racing STX

C

4

2

Christophe Schmidt

7 [ 3 4]

Spec-R R1

C

5

8

Fréderic Beys

10 [ 5 5]

Team Associated TC6.1

C

6

6

Alexis Banderier

12 [ 6 6]

Spec-R R1

C

7

7

Yann Vigny

14 [ 7 7]

Tamya TRF417

C

8

1

Solis Gomez, Israel

20 [ 10 10]

Team Magic E4 RSII Evo

D

1

4

Claude-Alain Pralong

5 [ 3 2]

Team XRay T4

D

2

2

Kevin Zwahlen

6 [ 2 4]

Hot-Bodies TCXX

D

3

1

Laurent Montbailly

7 [ 6 1]

/

D

4

6

Pierre Tissot

8 [ 1 7]

Team XRay T4

D

5

3

Georges Camicas-Aycardi

8 [ 5 3]

Team XRay T4

D

6

8

Jérémy Frey

9 [ 4 5]

/

D

7

5

Rodrigo Amendoiera

13 [ 7 6]

/

D

8

7

Jonathan Porta

16 [ 8 8]

WRC Racing STX Version 2014

E

1

2

Jean-Claude Bignens

2 [ 1 1]

/

E

2

1

Jérémy Bignens

5 [ 3 2]

/

E

3

5

Sébastien Philippe

5 [ 2 3]

/

E

4

7

Alex Pineda

8 [ 4 4]

/

E

5

6

Yves Zwahlen

12 [ 7 5]

Hot-Bodies TCX

E

6

3

Ricardo Lage

12 [ 5 7]

Team XRay T4

E

7

4

Baptiste Roch

14 [ 8 6]

Team XRay T4'2014

E

8

8

José Arza

14 [ 6 8]

Team Associated TC6

F

1

8

Jean-Michel Savoya

2 [ 1 1]

Team XRay T3'2012

F

2

2

Jean-Michel Ecuvillon

4 [ 2 2]

/

F

3

3

Antoine Verdan

8 [ 5 3]

/

F

4

4

Andre Grégory

8 [ 4 4]

Team XRay T4

F

5

1

Philippe Da Rocha

10 [ 3 7]

/

F

6

5

Eric Niedergang

11 [ 6 5]

/

F

7

7

Sébastien Cuanoud

13 [ 7 6]

/

F

8

6

Helli Spreng

16 [ 8 8]

Schumacher Mi5

G

1

3

Cédric Decrauzat

2 [ 1 1]

/

G

2

1

Stéphane Kneubuhl

5 [ 3 2]

/

G

3

2

Alex Carusi

6 [ 2 4]

Hot-Bodies Cyclone TC

G

4

6

Florentin Cruz

7 [ 4 3]

/

G

5

4

Maxime Guigli

11 [ 5 6]

/

G

6

8

Gilles Schmid

11 [ 6 5]

Hot-Bodies Cyclone

G

7

7

Joel Santos

14 [ 7 7]

/

G

8

5

Davy Burfin

16 [ 8 8]

/

H

1

2

Richard Ros

3 [ 2 1]

Hot-Bodies Cyclone TCX

H

2

5

Christophe Glauser

5 [ 3 2]

Hot-Bodies Cyclone TCX

H

3

1

Stéphane Rigoni

8 [ 1 7]

/

H

4

6

Jean-Giles Guigli

9 [ 6 3]

/

H

5

3

Killian Lardon

9 [ 4 5]

Team XRay T4'2014

H

6

4

Alain Hubault

9 [ 5 4]

/

H

7

7

Fulvio Fiorucci

13 [ 7 6]

/

I

1

5

Eric Petoud

2 [ 1 1]

Team XRay

I

2

3

James Erne

4 [ 2 2]

Team XRay

I

3

2

Patrice Vionnet

6 [ 3 3]

/

I

4

1

Serge Maurer

8 [ 4 4]

Hot-Bodies Cyclone

I

5

4

Gerard Koymans

10 [ 5 5]

/

En savoir plus:

  • Le club organisateur, l'ERMC.

Texte et photos: Georges.