GeMC Series 2018 Round 2
(Championnat Genevois, manche 2),
Meyrin, Suisse, 02/06/2018.

Edité le 21/06/2018.
Réactualisé le 21/06/2018.
Texte: Georges.
Photos: Hervé, Antonio, Paul et Georges.

Introduction.

En ce chaud et ensoleillé premier samedi du mois de juin se sont réunis 34 pilotes Touring et 9 pilotes Formule 1 pour en découdre sur la piste de Meyrin à l'occasion de la seconde manche des GeMC 2018. Du soleil, des grillades, une bonne ambiance dans les stands et sur la piste, que demander de plus?

La piste.

Le tracé choisi illustrait parfaitement l'adage "Pour aller vite, roule doucement (mais pas lentement)". Vu que le sens de rotation était le sens horaire, cela signifiait que la grande ligne droite, légèrement courbe en réalité, était donc en légère descente. Le freinage au bout de celle-ci devait être habilement négocié à chaque coup, de façon à gérer le trafic et à la fois bien positionner l'auto pour de suite plonger dans un dédale de courbes techniques de rayons et de longueurs d'arc différents. Ce dédale débouche enfin sur une grande courbe à gauche du podium où il fallait doser l'accélération au plus juste afin de rester au plus près de la corde et d'arriver dans une première courbe serrée, puis dans une deuxième, pour redéboucher dans la ligne droite et appuyer de nouveau sur l'accélérateur. Bref, que du bon, et on en redemande!

Technique châssis Touring.

La Xpress Execute XQ1 de Jonathan Porta.

Les plus anciens d'entre-nous se souviennent probablement encore de la marque Xpress qui avait doucement disparue des radars au début des années 2000, et plus spécifiquement de la version "Mike Swauger Special Pro Kit" de leur Touring Car. Si parfois la finition de leurs kits Touring Cars faisait parfois sourire, sur la piste, leurs autos pouvaient se montrer sur la piste réellement impressionnantes niveau performances, le tout pour un prix abordable. La marque XPress était réapparu il y a une paire d'années, proposant des châssis plutôt orientés loisir (Mini, Drift, etc.), et la voici maintenant de retour sur le marché de la Touring Car de compétition. Et il semblerait qu'elle n'ait pas raté son retour, loin de là.

En main, l'impression est très positive. Indéniablement, l'Execute XQ1 est un bel objet. Certaines pièces, à l'image des cellules monoblocs ou du bâti-moteur, ne doivent pas être évidentes à usiner. L'anodisation bicolore rouge et noire est du plus bel effet, et puise dans l'historique de la marque tout en restant tout-à-fait contemporain, bien vu! Clairement, le positionnement de cette auto est dans le segment haut-de-gamme, et le prix s'en ressent, même si elle est made in Hong-Kong. Le constructeur semble de plus réactif et à l'écoute de ses clients pour faire évoluer ses produits.

Si l'architecture de l'Execute XQ1 semble classique niveau répartition des masses, elle se montre originale dans la conception de certaines pièces, à l'image des cellules avant et arrière monoblocs et de la façon dont elles s'intègrent dans le châssis, des pièces avant et arrière portant les biellettes supérieures et un support d'amortisseurs, elles aussi monoblocs, et du bâti-moteur. Les cinématiques de suspension semblent bien pensées, et tout comme les amortisseurs, de conception proche des réputés Roche, dixit un spécialiste. Les ressorts livrés dans le kit ressemblent furieusement à des SMJ. L'auto présente aussi un certain nombre de détails et d'attentions qui font plaisir. On n'est clairement pas dans une pâle copie de ce que fait la concurrence.

Côté défauts, il est encore un peu tôt pour le dire, car l'auto vient de sortir commercialement et il y a encore peu de retour. Le montage de l'auto présenté s'est, d'après son propriétaire, déroulé sans encombre, hormis un joint d'amortisseur présentant une bavure. D'aucuns pourront se montrer sceptiques sur le flex de l'auto, très différents des canons actuels en raison de ces pièces monoblocs, mais qui confèrera certainement à l'Execute XQ1 son caractère sur la piste. La distribution actuelle de la marque Xpress pourrait également rebuter, bien qu'elle semble déjà solide en Allemagne et en Angleterre.

A surveiller également, la version plus abordable de cette auto, la Execute XQ1S, qui, si la qualité suit, pourrait s'avérer être un produit très intéressant. Wait and see!

L'auto en photos ci-dessous ne devait théoriquement pas rouler à cette course, car juste sortie du montage et d'un premier dégrossissage des réglages. Son pilote l'avait amené pour la montrer à des personnes intéressées, mais sous la pression et l'insistance de celles-ci, il finira par rouler avec en finale.

La Team Magic E4 RS4 de Jonathan Porta.

En photos ci-dessous, la Team Magic E4 RS4 avec laquelle Jonathan Porta a roulé en qualification. La visserie couleur dorée est d'origine T'Works.

La Team XRay T4 2018 de Bastien De Marco.

Bastien De Marco, qui avait déjà remporté la première du championnat et qui remporta également cette seconde manche, roule cette saison avec Team XRay T4 2018. Hormis quelques pièces optionnelles connues, telles que les courroies blanches, les supports de carrosserie à réglage fin, les hexagones de roue de -0.75mm et de la visserie en aluminium d'origine Fastener Express et les blades de cardan orange renforcés par exemple, on notera la platine supérieure remontée d'un millimètre grâce à des rondelles en aluminium, des rondelles cuvettes larges sous les vis de maintien des renvois de direction et des joints toriques sur les supports de batterie d'origine en plastique pour maintenir ponctuellement la batterie sans la précontraindre. Ces supports de batterie ont également été repercés traversant pour permettre le montage de vis de fixation au châssis plus longues. Ainsi, si le filet dans le plastique lâche, il suffira de prendre une vis un peu plus longue encore et d'immobiliser le tout avec un écrou.

La sympathique boîte à air pour le ventilateur de 40mm monté sur cette auto ne provient pas d'un des prestataires qui officient sur des plateformes telles que Shapeways ou Sculpteo par exemple, mais a été réalisé avec la nouvelle Form2 de chez FormLabs, une imprimante de bureau fonctionnant par technologie de fabrication additive (ou en "impression 3D" comme on disait autrefois) de type SLA, un procédé stéréolithographique qui utilise un laser pour créer des pièces solides à partir d’une résine liquide par photopolymérisation. La finition pour une imprimante de cette gamme de prix est très intéressante.

Comme écrit dans un précédent reportage l'année dernière, ces technologies de fabrication additive sont à suivre de près, car à plus ou moins court terme, elles bouleverseront drastiquement les circuits de fabrication, de distribution et de vente, et notre loisir sera, ou plutôt est déjà, probablement un des premiers secteurs touchés, eu égard à ses besoins très spécifiques et au relativement faible volume de fabrication. Toutefois, peu d'acteurs de cette branche semble encore en avoir pris réellement conscience, cela risque de leur être fatale. Le bon côté de la médaille est qu'on verra peut-être apparaître plus de petits fabricants, qui hésiteront moins à innover et à tester des pistes techniques inédites!

La Team XRay T4 2018 de Chrigu Baeriswyl.

Pour sa première course, ce pilote suisse alémanique, qui roulait sur une Team XRay T4'2018 motorisée en configuration "Blinky" zero timing, finira à une jolie cinquième place en finale B au classement général, et se classera premier de la sous-catégorie "Touring 13.5T Stock".

La Yokomo BD8 2017 de Pascal Chapuis.

Seulement deux Yokomo étaient présentes dans les stands, dont celle de Pascal Chapuis. Il s'agit d'une BD8 première version, équipée d'un châssis en aluminium.

La Roche Rapide F1 Evo de Nicolas Albina.

Nicolas Albina, poleman et vainqueur de la finale A en catégorie Formule 1, roulait lors de cette deuxième manche avec une Roche Rapide F1 Evo, une auto qui se fait plutôt rare sous nos latitudes.

Technique carrosserie.

Vous l'avez remarqué certainement depuis quelques temps, on parle beaucoup de ces carrosseries "High Downforce" nouvelle génération. Toutefois, certains pilotes n'hésitent pas à prendre le contre-pied de cette mode, non sans humour, à l'image de cette Yokomo équipée d'une carrosserie de type Oval Race Truck (avec un bel aileron arrière quand même), et qui se classa en milieu de finale B à l'issue de cette course.

Résultats.

Résultats en catégorie Formule 1.

Daniel Ghirlanda et Nicolas Albina ont survolé le débat en catégorie Formule 1, mais c'est Nicolas qui se montra le plus rapide des deux en qualification. Derrière, les pilotes ne déméritaient pas, et ils étaient plusieurs à pouvoir prétendre à la troisième place sur la grille, honneur qui est revenu à Anthony Joye.

En finale, cela a été très serré entre Daniel Ghirlanda et Nicolas Albina, mais avec deux victoires contre une pour Daniel, c'est au final Nicolas qui monte sur la première marche du podium. Daniel est logiquement second, et Anthony Joye est troisième.

Les résultats détaillés de la catégorie Formule 1 sont disponibles en cliquant le lien ici.

Finale

Position

Catégorie

Pilote

Total
points

Points
par manches

Châssis

A

1

Formule 1

Nicolas Albina

18

3:9, 1:9 [2:8]

Roche - Rapide F1 Evo

A

2

Formule 1

Daniel Ghirlanda

17

2:9, 3:8 [1:8]

Prototype Gonzo F1 2019

A

3

Formule 1

Anthony Joye

14

3:7, 1:7 [2:6]

Team XRay X1 2017

A

4

Formule 1

Michel Rufenart

13

2:7, 3:6 [1:5]

Team XRay X1 2017

A

5

Formule 1

Steve Joye

11

1:6, 2:5 [3:5]

Team XRay X1 2017

A

6

Formule 1

Pascal Carlucci

8

3:4, 2:4 [1:2]

/

A

7

Formule 1

Marc Lerousset

7

1:4, 2:3 [3:0]

Team XRay X1 2017

A

8

Formule 1

Sylvio Kiesewetter

6

1:3, 3:3 [2:2]

Team XRay X1 2017

A

9

Formule 1

Gérald Charbon

1

1:1, 2:0 [3:0]

Team Associated F6 Exotek

Résultats en catégorie Touring Car.

Bastien De Marco s'est montré le plus rapide en qualification, juste devant Walter Pollet-Villard et Cham Dassanayake.

Bastien De Marco a remporté deux manches de finale et Walter Pollet-Villard une. Bastien est donc monté sur la première marche du podium, Walter sur la seconde. La troisième place, très discutée, a été prise par Paulo Rodrigues à l'addition des points.

Chrigu Baeriswyl remporte la sous-catégorie "13.T Blinky" devant Kalen Dassanayake et Michel Rufenart. Arnaud Buchel remporte la sous-catégorie "Débutants" devant Stéphane et Julien Pellaton.

Les résultats détaillés de la catégorie Touring Car sont disponibles en cliquant le lien ici.

Les résultats détaillés de la sous-catégorie Touring Car Open Stock sont disponibles en cliquant le lien ici.

Les résultats détaillés de la sous-catégorie Touring Car Débutant sont disponibles en cliquant le lien ici.

Finale

Position

Catégorie

Pilote

Total
points

Points
par manches

Châssis

A

1

TC 13.5 Open

Bastien De Marco

22

3:11, 1:11 [2:4]

Team XRay T4'2018

A

2

TC 13.5 Open

Walter Pollet-Villard

21

2:11, 3:10[1:10]

Tamiya TRF419X / XR

A

3

TC 13.5 Open

Paulo Rodrigues

18

2:10, 1:8 [3:7]

Team XRay T4'2018

A

4

TC 13.5 Open

Alexis Banderier

17

1:9, 3:8 [2:5]

Team XRay T4'2017

A

5

TC 13.5 Open

Sébastien Leuenberger

16

2:9, 1:7 [3:5]

Team Associated TC7.1

A

6

TC 13.5 Open

Cham Dassanayake

15

3:9, 1:6 [2:6]

Team XRay T4'2018

A

7

TC 13.5 Open

Steve Matthey

13

2:7, 3:6 [1:5]

Team XRay T4'2018

A

8

TC 13.5 Open

Franceschi Paul

12

2:8, 1:4 [3:3]

Team XRay T4'2017

A

9

TC 13.5 Open

Jonathan Porta

/

/

Team Magic E4 RS4

B

1

TC 13.5 Open

Alexandre Amort

0

1:0, 2:0 [3:0]

Mugen MTC-1

B

2

TC 13.5 Open

Georges Camicas-Aycardi

16

3:8, 2:8 [1:8]

Team XRay T4'2018

B

3

TC 13.5 Open

Alex Carusi

14

2:7, 1:7 [3:5]

HPI Pro 5

B

4

TC 13.5 Open

Nicolas Crausaz

13

3:7, 1:6 [2:5]

HPI Pro 5

B

5

TC 13.5 Stock

Chrigu Baeriswyl

12

3:6, 2:6 [1:4]

Team XRay T4'2017

B

6

TC 13.5 Open

Danil Renfer

9

1:5, 3:4 [2:4]

Yokomo DB7 2015

B

7

TC 13.5 Open

Steve Joye

6

2:3, 3:3 [1:3]

Team XRay T4'201?

B

8

TC 13.5 Open

Daniel Caiazza

4

1:2, 3:2 [2:2]

Destiny Racing RX-10S

B

9

TC 13.5 Open

Pascal Carlin

2

2:1, 1:1 [3:0]

Team XRay T4'201?

C

1

TC 13.5 Open

Ivan Baltensperger

16

3:8, 1:8 [2:3]

Team C TC10

C

2

TC 13.5 Open

Cédric Courant

12

3:7, 2:5 [1:1]

/

C

3

TC 13.5 Open

Alexandre Steube

12

2:7, 1:5 [3:1]

3Racing Sakura XIs

C

4

TC 13.5 Open

Pascal Chapuis

12

2:6, 1:6 [3:4]

Yokomo BD8

C

5

TC 13.5 Stock

Kalen Dassanayake

11

2:8, 1:3 [3:2]

Team XRay T4'2014

C

6

TC 13.5 Open

Eric Baltensperger

10

1:7, 3:3 [2:2]

Team C TC10

C

7

TC 13.5 Open

Julien Birraud

9

3:5, 2:4 [1:4]

Team XRay T4'2017

C

8

TC 13.5 Stock

Michel Rufenart

8

3:6, 1:2 [2:1]

Team XRay T4'201?

D

1

TC 13.5 Stock

Matthew Joye

13

3:7, 2:6 [1:1]

Team XRay T4'2016

D

2

TC Débutants

Arnaud Buchel

13

2:7, 3:6 [1:6]

Team XRay T4'201?

D

3

TC Débutants

Stéphane Pellaton

12

1:7, 3:5 [2:5]

Team XRay T4'2017

D

4

TC Débutants

Julien Pellaton

9

1:5, 2:4 [3:0]

Hot-Bodies Cyclone

D

5

TC 13.5 Open

Sébastien Steube

7

1:4, 3:3 [2:3]

3Racing Sakura XIs

D

6

TC 13.5 Open

Roland Steube

7

3:4, 1:3 [2:2]

3Racing Advance

D

7

TC Débutants

Franceschi Sophie

4

1:2, 3:2 [2:1]

Yokomo MR4 TC SD

Action en catégorie Touring Car!

Action en catégorie Formule 1!

En savoir plus:

Texte et photos: Georges.