Présentation: La Touring Car 1/10° électrique ARC A10.

Edité le 20/11/2022.
Réactualisé le 20/11/2022.
Texte et photos: Georges.

Tout d'abord, un grand merci à Cristobal qui m'a confié son auto pour cette séance photos lors de la première manche des IndoorSeries 2022-2023!

Par rapport au précédent modèle, la R12, qui initiait déjà la direction que prendrait le constructeur taïwanais ARC d'un point de vue technique, la A10 est une toute nouvelle plateforme qui obéit aux canons actuels (triangles longs en carbone, transmission Mid-Pulley, etc.), savant mélange entre l'Awesomatix A800MMX, dont elle s'inspire largement pour le support moteur (avec un seul pion de positionnement sur le châssis au lieu de deux, étrange, et sans en reprendre le système empêchant le saut des courroies sur les poulies de la couronne, dommage), la platine supérieure (du moins celles prototypes qu'avait testées Awesomatix, mais qui n'ont pas débouchées sur une version commerciale, et qu'on a pu voir chez Torpine par exemple, le roulement en moins), la disposition de le transmission et les paires de biellettes supérieures, la Mugen Seiki MTC2 pour les triangles inférieurs (simplifiés toutefois) et l'ancrage des triangles supérieurs, et avec un soupçon de Schumacher Mi7 et Mi8 pour le dessin des cellules et la disposition des supports d'amortisseurs.

Chose étonnante, la notice de l'auto indique que certaines pièces au niveau des triangles doivent être fixées avec de la colle cyanoacrylate. Ce n'est pas si problématique, car la plupart de ces pièces sont métalliques. Mais cela implique que si, par exemple, on veut changer rapidement un triangle, par exemple en course, cela implique non seulement d'avoir des triangles d'avance, mais il en faudrait théoriquement au moins quatre, car les triangles ne sont pas identiques à l'avant et à l'arrière, mais une fois les pièces collées, ils ne sont plus symétriques entre la droite et la gauche.

Si la A10 ne s'annonce pas comme une révolution, elle est, comme souvent chez ARC, bien placée niveau prix pour le kit et les pièces détachées, et elle semble plutôt bien se comporter sur la piste.

L'auto de Cristobal en photos ci-dessous était équipée d'un contrôleur Hobbywing Xerun XR10 Pro, d'un moteur brushless Orca Blitreme 2 17.5T, d'un servo Low Profile Highest-RC DLP650B, de batteries IP Intellect LCG HV de 5600mAh, et la radiocommande est une Sanwa M17.

En savoir plus:

Texte et photos: Georges.