Championnat genevois 20117, manche 1,
Meyrin, Suisse, 29/04/2017.

Edité le 22/05/2017.
Réactualisé le 03/06/2017.
Texte et photos: Georges.

Introduction.

C'est sous un doux soleil hivernal que se sont retrouvés 46 pilotes, 39 en catégorie Touring et 7 en catégorie Formule 1 pour cette première manche du Championnat Genevois 2017. Une bonne affluence pour une première, sachant que les températures annoncées étaient assez fraîches et qu'une course en Tout-Terrain 1/8° avait lieu le même week-end. On regrettera juste le faible nombre de jeunes pilotes inscrits, et ce malgré la possibilité d'un classement distinct.

Le règlement.

Cette année, quelques changements dans le règlement ont été opérés, principalement en catégorie Touring. Ainsi, si toutes les autos de cette catégorie courent ensemble avec une motorisation brushless 13.5 type 540 (ou Brushless ou Brushed de puissance équivalente ou inférieure) et font l'objet d'un premier classement commun, trois sous-catégories sont distinguées par la suite et font l'objet d'un classement séparé: Open avec timing autorisé, Stock (suivant règlement SRCCA) avec timing zero et enfin Juniors. Si les pneus Volante 36R (V5T-PG36R) sont toujours autorisés, les Sweep EXP EVO-R Pro C. 36R (SWEEPEXP 36R2PG) homologués du Championnat Suisse le sont maintenant également.

La catégorie Formule 1 adopte également les nouveaux pneus du Championnat Suisse, à savoir les Ride GR F1 (RI-26040 et RI-26042).

Le traitement des pneus reste toujours interdit, même si le nettoyage avec le produit Würth Industry Cleaner fourni par l'organisation est toléré.

La piste.

Comme à l'accoutumée, la piste avait été sucrée pour augmenter le grip. Toutefois, celle-ci l'a été la veille au soir, pour laisser plus de temps le samedi matin à l'organisation, même si l'opération perd un peu en efficacité du coup.

Le tracé choisi avait déjà été utilisé lors de la deuxième manche de qualification lors de la finale du Championnat Genevois 2017, qui était une course multi-tracés.

Le tracé se voulait assez rapide, avec des temps au tour aux alentours des onze secondes, mais, malgré son apparente simplicité, les parties techniques étaient exigentes si on voulait les négocier rapidement.

Technique châssis.

La Yokomo BD7 2016 de Julien Jost.

Julien Jost roulait ici avec sa BD7 qu'il connait par coeur. A remarquer le contrôleur et le moteur brushless d'origine Corally, facilement identifiables à leur couleur rouge.

La Team Magic E4 RSII de Daniel Caiazza.

En photos ci-dessous, la Team Magic de Daniel Caiazza, probablement une E4 RSII. Profitant du fait que la pièce portant le support d'amortisseurs avant utilise trois vis de fixation, une cinquième plot de carrosserie a été installé afin préserver la carrosserie lors des chocs frontaux (moins de risque de déchirure au niveau des passages de roues). De plus, la carrosserie se déforme moins lors des forts appuis. Un ventilateur vraiment plus puissant et de plus grandes dimensions que ceux utilisés habituellement (50x50mm contre 30x30 ou 40x40mm en général) a été installé, la différence de poids étant au final peu importante.

La VBC Racing DB09 d'Arnaud Soulignac.

La VBC Racing DB09 d'Arnaud Soulignac était en configuration ETS au niveau motorisation (moteur MuchMore Fleta 13.5 et contrôleur Much More Fleta Euro zero timing). A remarquer l'utilisation d'amortisseurs d'origine Team XRay dans leur livrée anodisée de couleur noire.

La Team XRay T4'2016 de Vincent Cavard.

La Team XRay T4'2016 de ce pilote était équipée de plusieurs options (supports de carrosserie en aluminium à réglage fin de la hauteur, visserie en aluminium, blades renforcés, courroies blanches offrant théoriquement moins de friction, etc.). Les plus observateurs remarqueront sur les photos d'étranges perçages sur les paliers avant et arrière. Il s'agit en fait de points de fixation pour des essais de platines verticales (façon WRC Racing STX, Schumacher Mi6, ou Awesomatix équipée des dernières options par exemple) réalisées par le précédent propriétaire de cette auto.

La Tamiya TRF419X de Bastien de Marco

Sur l'auto de ce pilote, qui remportera cette première manche du Championnat Genevois 2017, plusieurs points de préparation sont à relever, qui ont été listées dans cet article spécifique en lien ici.

La Team XRay T4'2017 d'Alexis Banderier.

En photos ci-dessous, la Team XRay T4'2017 d'Alexis Banderier entièrement d'origine. A remarquer toutefois l'emploi d'une couronne Axon, identifiable à ses branches en spirale.

Technique motorisation.

Trois nouveaux contrôleurs brushless étaient visibles à cette course.

Le premier, le très attendu Team Orion HMX, était disponible commercialement juste avant la course, et son propriétaire n'avait pas eu le temps de le monter et de le tester pour celle-ci. Comme les deux autres contrôleurs suivants, le HMX est équipé d'un processeur 32 bits.

Outre la gestion du pilotage du moteur initialement utilisée dans des applications militaires et industrielles, ce contrôleur possède des cheminements d'air dediés au refroidissement de l'électronique. La programmation de ce contrôleur se fait sans fil par l'intermédiaire d'une application mobile depuis un smartphone (iOS et Androïd).

Pour ceux qui souhaiterait en savoir plus, il semblerait que le document de brevet ayant trait à cette technologie HMX soit le WO2016084091, intitulé "Motor Control System and Method".

Le contrôleur HMX est certes proposé à la vente à un prix sensiblement supérieur à la concurrence, mais il semblerait que Team Orion soit très confiant sur les qualités de son produit. La technologie HMX pourrait semble-t-il être utilisée sous license par d'autres fabricants à l'avenir, si l'on en croit le site internet dédié uniquement à celle-ci.

Le second est le Orca R32, qui équipait déjà plusieurs autos du plateau. Ce contrôleur, pour le moment livrable en deux variantes (entièrement noir ou bien noir et orange), semble très abouti et ne pas souffrir de problèmes de jeunesse. Les possibilités de programmation sont étendues, mais des programmes pré-établis sont disponibles pour certaines catégories. La programmation se fait par l'intermédiaire d'un boîtier spécifique, disponible séparément. Les pilotes l'utilisant semblent en être vraiment satisfaits, tant du point de vue performance que feeling. A l'heure de l'écriture de cet article, un nouveau firmware est disponible, portant le doux nom de 170316C. Au programme sont annoncées des corrections et des évolutions principalement pour le mode Blinky zero timing.

Le troisième, le Maclan, était en possession d'un unique pilote. Ce contrôleur, disponible commercialement depuis quelques mois déjà, était semble-t-il le premier à être équipé d'un processeur 32 bits pour automodélisme disponible commercialement. Si la toute jeune marque Maclan semble surtout axer sa promotion sur les catégories Tout-Terrain, ce variateur possède déjà des programmes orientés Touring intégrés d'origine. Sur la piste, les performances semblent bien être au rendez-vous et son pilote apprécie grandement son feeling. La programmation de ce contrôleur se fait également par l'intermédiaire d'un boîtier spécifique, disponible séparément, mais des ensembles comprenant le contrôleur et la carte de programmation, voir un moteur brushless, sont également disponibles. De plus, les moteurs associés de la marque semblent d'excellente facture. Une marque à surveiller de près donc!

Technique pneus.

La plupart des pilotes avaient optés pour les pneus Volante 36R (V5T-PG36R) qui sont maintenant bien connus. D'aucuns avaient pu tester préalablement les Sweep EXP EVO-R Pro C. 36R (SWEEPEXP 36R2PG) qui sont également les pneus homologués du Championnat Suisse pour 2017, avec des résultats plus que mitigés, certains enregistrant une perte allant jusqu'à une demi-seconde au tour! Toutefois, quelques pilotes se sont risqués à les tester en course et, si leur comportement est certes différent des Volante, la perte au temps au tour étaient de l'ordre de un dixième de seconde, ce qui est relativement peu si l'on considère les variations de la piste d'un pack à l'autre. S'agit-il de batches de production différents, d'une sensibilité à la température de la piste différente, d'une question de réglages? Malheureusement, il n'est pas possible pour le moment de fournir une réponse catégorique à ce sujet.

En Formule 1, je n'ai pas entendu de retour particulier concernant les nouveaux pneus du Championnat Suisse, à savoir les Ride GR F1.

Cette année, le traitement est toujours interdit, mais le nettoyage avec le produit Würth fourni par le club reste toléré. Toutefois, assez peu de pilotes avaient choisi de nettoyer leur pneus au final. En effet, comme écrit dans cet article en lien ici, il peut être contre-productif de nettoyer, car les produits nettoyant provoquent le dessèchement du pneu. Il faut donc se méfier de certains constats empiriques sur le court terme. Au début, ce dessèchement peut donner l'impression au début que le pneu marche un peu mieux, car sa bande de roulement a été agressé par le produit nettoyants. Mais au fur et à mesure des opérations de nettoyage, le pneu perd de son élasticité et, sur la piste, la voiture est moins constante. Cela peut être un raisonnement étonnant, car l'idée de partir rouler avec des pneus bien noirs peut paraître séduisante. Il est toutefois beaucoup plus intéressant en compétition de travailler sur la chauffe du pneu, et surtout, de toujours rester dans la trajectoire pour éviter la poussière. D'ailleurs, lors de cette journée avec des températures printanières mais par encore estivales, les couvertures chauffantes étaient très appréciées par les pilotes les plus rapides.

Autres.

Un journaliste et une photographe de la Tribune de Genève, un quotidien régional important, sont venus lors de cette course réaliser un reportage disponible en ligne. L’article est également paru dans la version papier du journal du 2 mai 2017.

Résultats.

Les résultats détaillés sont disponibles sur myrcm ici: http://www.myrcm.ch/myrcm/main?pLa=fr&hId[1]=arv&dFi=genevois&dId[E]=32536
Attention toutefois, les résultaux diffèrent légèrement de ceux présentés ci-dessous, qui sont les résultats aux points conformes au règlement du Championnat Genevois, bien que n'ayant pas de valeur officielle. Le logiciel de comptage refuse en effet d'effectuer l'exportation des résultats conformes et la fait dans un autre mode.

Les classements généraux par catégorie se trouvent ici: http://www.myrcm.ch/myrcm/main?pLa=fr&tId=C&hId[1]=org&dId[O]=26980
et sont quant à eux justes.

Résultats en Touring Car.

En catégorie Touring, Walter Pollet-Villard signe la pole-position devant Julien Jost et Bastien De Marco.

Bastien De Marco remporte les trois finales A, et la suite du podium se jouera entre Walter Pollet-Villard, Julien Jost, Briac Berthoud et Alexis Banderier. Avec deux deuxième place à l'arrivée, Walter Pollet-Villard monte sur la deuxième marche du podium et Julien Jost, au calcul des points, sur la troisième.

Alexandre Amort remporte la finale B, Alex Carusi la C et Sébastien Houchidar la D.

Finale

Position

Pilote

Total
points

Points
par manches

Châssis

A

1

Bastien De Marco

2

2:1,1:1,[3:1]

Tamiya TRF419X modifiée

A

2

Walter Pollet-Villard

4

1:2,3:2,[2:3]

Tamiya TRF419X

A

3

Julien Jost

6

2:2,3:4,[1:5]

Yokomo BD7 2016

A

4

Alexis Banderier

7

3:3,1:4,[2:5]

Team XRay T4 2017

A

5

Briac Berthoud

7

1:3,2:4,[3:6]

Team XRay T4 2016

A

6

Cham Dassanayake

11

3:5,2:6,[1:8]

Team XRay T4 2017

A

7

Arnaud Soulignac

14

2:7,1:7,[3:10]

VBC Racing Wildfire D09

A

8

Jonathan Porta

15

1:6,3:9,[2:11]

VBC Racing Wildfire D09

A

9

Raffaele Tolotta

15

3:7,2:8,[1:9]

Awesomatix A800

A

10

Paulo Rodrigues

17

3:8,2:9,[1:10]

Team Magic E4 RSIII+

B

11

Alexandre Amort

2

2:1,3:1,[1:1]

Awesomatix A800

B

12

Paul Franceschi

5

2:2,3:3,[1:4]

Team XRay T4 2017

B

13

Nicolas Huguenin

6

2:3,1:3,[3:6]

Team Magic E4 RSIII+

B

14

David Naldini

7

1:2,2:5,[3:5]

Kyosho TF7

B

15

Marc Camporini

7

3:2,1:5,[2:8]

VBC Wildfire D09

B

16

Vincent Cavard

10

3:4,1:6,[2:9]

Team XRay T4 2016

B

17

Hervé Cettour

13

2:4,3:9,[1:10]

Team XRay T4 2017

B

18

Georges Camicas-Aycardi

14

2:6,1:8,[3:8]

Team XRay T4 2016

B

19

Nicolas Crausaz

14

1:7,2:7,[3:7]

Kyosho TF7

B

20

Anthony Joye

19

1:9,3:10,[2:10]

Team XRay T4

C

21

Alex Carusi

2

2:1,1:1,[3:6]

/

C

22

Danil Renfer

3

3:1,2:2,[1:2]

Yokomo DB7

C

23

Daniel Caiazza

6

3:2,2:4,[1:6]

Team Magic

C

24

Michel Maurer

7

2:3,1:4,[3:9]

HPI Pro 5

C

25

Hervé Gondian

9

3:3,2:6,[1:7]

Team XRay T4 2016

C

26

Fulvio Fiorucci

9

3:4,2:5,[1:5]

VBC Racing Wildfire D09

C

27

Corentin Ducret

10

1:3,2:7,[3:8]

Team XRay T4

C

28

Steve Joye

14

3:5,1:9,[2:9]

Team XRay T4

C

29

Lionel Maurer

16

2:8,1:8,[3:10]

HPI Pro 5

C

30

Cédric Courant

18

3:7,1:11,[2:11]

/

D

31

Sébastien Houchidar

3

2:1,3:2,[1:2]

/

D

32

Laetizia Carusi

3

1:1,2:2,[3:3]

/

D

33

Kalen Dassanayake

4

3:1,1:3,[2:3]

/

D

34

Clara Carusi

8

3:4,1:4,[2:5]

/

D

35

Matthew Joye

10

2:4,1:6,[3:7]

/

D

36

Luca Camporini

10

3:5,1:5,[2:7]

/

D

37

Raphael Bailat

12

3:6,2:6,[1:8]

Team XRay T4 2016

D

38

Alexandre Steube

17

1:7,2:10,[3:10]

3Racing Sakura

D

39

Roland Steube

20

1:10,2:10,[3:10]

3Racing Sakura

Résultats en Formule 1.

Au volant de son prototype Gonzo F1 en perpétuelle évolution (qu'on peut suivre sur sa page Facebook), Daniel Ghirlanda survole ses concurrents en qualification et en finale, signant la pole-position et montant à la première place du podium. Rodrigo Amendoeira se place deuxième en finale, suivi de Mickael Rufenacht.

Finale

Position

Pilote

Total
points

Points
par manches

Châssis

A

1

Daniel Ghirlanda

2

3:1,2:1,[1:1]

Prototype Gonzo F1 2017

A

2

Rodrigo Amendoeira

4

2:2,3:2,[1:4]

Team XRay X1

A

3

Mickael Rufenacht

5

1:2,3:3,[2:3]

Team XRay X1

A

4

Steve Joye

7

1:3,2:4,[3:6]

Team XRay X1

A

5

Michel Rufenacht

9

3:4,2:5;[1:5]

Team XRay X1

A

6

Anthony Joye

11

3:5,2:6,[1:6]

Team XRay X1

A

7

Gérald Charbon

15

1:7,2:8,[3:8]

Sheperd Velox F1'2017

En savoir plus:

Texte et photos: Georges.