Vintage: Schumacher SPC
(première partie)

Edité le 09/12/2007.
Réactualisé le 23/08/2009.
Textes et photos de Georges.

Introduction.

Peu de modélistes actuels le savant, mais Schumacher, la mythique marque britannique, a débuté dans la piste 1/12° électrique, et, on peut même l'affirmer, a posé de nombreuses bases techniques dans cette catégorie par ses nombreuses et marquantes innovations.
Tout a commencé pour Cécil Schumacher par l'invention du différentiel à billes, invention d'abord destiné à son fils, et qui sera ensuite commercialisée suite à la demande grandissante des pilotes.
Schumacher commercialise sa première auto en 1981, la XL, autrement surnommée la Lexan Car. Cette auto, constituée d'une feuille de polycarbonate pliée, était très légère et très souple.
Cette auto fera sensation lors des premiers championnats d'Europe en 1981, discutés sur une piste glissante, en reportant le titre en catégories Stock et Modified, et en trustant les premières places. La première Associated était treizième.
Cependant, cette auto, impériale sur la glisse, ne suivait pas la concurrence sur des surfaces plus accrocheuses, comme le bitume ou pire, la moquette. Schumacher répliqua donc avec la C-Car (avec en 1983 une version pour pack en stick et en 1984 une version pour saddle-pack), une auto spécifiquement conçue pour la moquette, qui a été par exemple été championne d'Europe en 1985 avec le britannique A. Dobson et remportera plusieurs titres nationaux. Puis ce sera au tour de P. Davies sur une SPC en 1988 de remporter la couronne européenne. La SPC, présentée ici, sera la dernière piste 1/12° électrique commercialisée par Schumacher jusqu'à ce jour. La production de 1/12° Schumacher semble avoir cessé vers 1990, en raison de trop faibles ventes semble-t'il.

La Schumacher SPC.

C'est donc avec un bonheur difficilement dissimulable que j'ai reçu de la part de Jordi M. (encore mille mercis à lui!) cette Schumacher SPC version époxy pour accus en 2x3 restée en kit (mais sans sa boîte) depuis environ 20 ans.

A l'ouverture du contenant, l'essentiel des pièces semble présent. Si la finition relativement moyenne des pièces permet de dater le kit, on ne peut que s'émerveiller devant la modernité de certains points de conception.

En photo ci-contre, l'axe arrière en composite époxy et fibres de verre et en aluminium.

Ci-contre, les pneus, qui sont encore en très bon état, même pas desséchés ou craquelés. On remarquera de suite le système à démontage rapide, à l'avant comme à l'arrière.

Ci-dessous, un scan de la notice (de simples feuilles photocopiées, pas droites d'origine ;-), certes succincte, mais destiné à une clientèle avertie et exigeante. Le cartouche indique une date précise, le 11 juillet 1984.

Le travail d'assemblage commencera par la finition des pièces en époxy, avec enlèvement des bavures de coupe, l'arrondissement des angles, le limage des slots d'accus et des passages du scotch toilé pour la fixation des accus...

Textes et photos de Georges.